Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Commémoration des 60 ans de l'exode des Français d'Algérie à Perpignan : des harkis en colère

Le président *d'Ajir 66 pour les harkis, Djelloul Mimouni.

L'une des associations de harkis emblématiques du département, Ajir 66, assure que la mairie lui a refusé la subvention de 10 000 euros qu'elle avait réclamée pour organiser une série d'événements (exposition, cérémonie...) à l'occasion des 60 ans de l'exode des Français rapatriés d'Algérie en 1962, après l'indépendance du pays. En parallèle, la municipalité a attribué une subvention de 100 000 euros pour financer les trois jours de commémoration que proposera l'association pied-noire du Cercle algérianiste les 24, 25 et 26 juin prochains.

"Il y en a marre. Les harkis sont en colère." A l'approche de la commémoration des 60 ans de l'exode des Français d'Algérie, le président de l'association Ajir 66, Djelloul Mimouni, peine à cacher son amertume : "Nous avions demandé en décembre dernier une subvention de 10 000 euros à la mairie de Perpignan pour organiser des événements (exposition, cérémonie, méchoui, etc.) à l'occasion des 60 ans et nous avons seulement obtenu 400 euros pour le fonctionnement de l'association..."

Or, en mars dernier, le conseil municipal de la ville a voté, à l'unanimité, une subvention de 100 000 euros pour permettre au Cercle algérianiste, une structure dédiée à l'histoire de l'Algérie française et à la culture pied-noire, d'organiser trois jours de commémoration autour des 60 ans de l'exode, du 24 au 26 juin prochains.

"Les harkis auront toute leur place" assure la municipalité

"Nous envisagions de travailler en partenariat avec le Cercle, avec qui nous avons des relations plutôt amicales, mais cela n'a pas pu aboutir, déplore Djelloul Mimouni. Depuis la dernière fois qu'il nous a reçus, au lendemain de son élection, Louis Aliot n'a plus donné suite à nos demandes d'entretien... Il dit souvent qu'il défend les harkis : on demande que ces paroles se traduisent par des actes."

De son côté, la municipalité souligne qu'en plus de lui avoir attribué une subvention de fonctionnement de 400 euros, elle met un local à disposition d'Ajir66. "Lors de la commémoration, nous donnerons notamment à un square le nom de Mourad Kaouah (député d'Alger de 1958 à 1962, qui a également été candidat FN aux législatives de 1986 dans les Pyrénées-Orientales, NDLR). Les harkis auront toute leur place. M. Mimouni n'est pas le seul à agir pour les harkis", assène-t-on du côté de l'hôtel de ville.  

La présidente du Cercle algérianiste, Suzy Simon-Nicaise, rajoute que d'autres points du programme (dont une projection de film) évoqueront le drame des harkis et assure avoir "validé" l'invitation de Djelloul Mimouni à la commémoration.

* Ajir 66 ne fait pas partie du réseau national d’Ajir Pour les Harkis  

15/06/2022

******* 

Pour suivre votre actualité sur les harkisAbonnez-vous gratuitement à la NEWSLETTER

undefined
Dates des rassemblements, pour la Reconnaissance, la mémoire, et la culture.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Bonjour M. Forté,<br /> Merci pour votre réponse.<br /> Non, vous ne m'avez pas offensé, mais plutôt irrité car vous m'obliger à mettre sur la place publique les divergences que je peux avoir avec Ajir France. <br /> Concernant M. Aliot, je vous invite à vous faire votre propre opinion sur la base des éléments que j'évoque dans l'article publié dans les colonnes de notre journal local.<br /> Pour répondre à d'autres accusations injustes, sachez que je défends avec force et conviction la mémoire de mon père, et par ricochet celle de personnes qui m'ont fait confiance en adhérant à notre association. Et je le précise, sans rien attendre en retour.<br /> Très cordialement
Répondre
F
Monsieur Mimouni, c'est moi qui vous remercie. Je n'ai jamais douté du désir de respect de leus parents de l'ensemble des enfants de harkis. Si moi j'y suis sensible c'est que bien avant de connaître Nora, j'avais à Manosque des copains enfants d'Harkis, puis ,j'ai eu l'occasion de travailler avec ceux de la première génération . Je ne l'ai jamais entendu se plaindre , ni les pères, ni les fils. Ce n'est que dans fin les années 80, voyant un reportage FR 3 à la télé, un tryptique sur la guerre d'Algérie que j'ai eu la révélation de leur drame. Nous nous sommes rencontrés à Villeneuve sur Lot puis à la grande Motte. Et je l'espère une prochaine. .
D
@ Forté<br /> <br /> Bonjour,<br /> Contrairement a vous je ne cherche ni a frauder ni a plaire.<br /> J'attend toujours le courrier de votre Président qui mentionne mon exclusion d'AJIR FRANCE, ainsi que les raisons qui le pousse a le faire.<br /> Cordialement
Répondre
F
Monsieur Mimouni, les pointsd'interrogations sur mon commentaire, c'est parce je ne suis pas dans l'affirmation mais dans les questions. Pardonnez moi si je vous ai offensé. Cordialment.bruno Forté.
F
Deux solutions : soit Louis A<br /> liot est un faux ami des harkis, soit Mimouni utilie frauduleusement l'appelation AJIR et il a été demasqué ?
Répondre
S
C'est les rapatriés à deux vitesses , les pieds noir premier collège e t les harkis 2eme collège ça ne vous rappelle rien?<br /> M. Alliot fils de pieds noir n'a rein a foutre des harkis il a eu juste besoin d'eux pour conquérir la mairie .<br /> lire dans mon livre le comportement de certains colons pendant la colonisation.<br /> A Part certains officiers dont le regrêté General Mayer qui nous ont sauvé , les pieds noirs ne nous pas aidé en métropole à part quelques uns et ont obtenu plus d'indemnisation par l'anifom que les harkis.<br /> Aucune confiance ne doit être donné aux politiciens qui nous ont exploité encore moins au RN qui parle beaucoup mais devant le faits se comporte comme les autres partie qui n'ont que mépris et indifférence .
Répondre
B
Au moins, les choses se précisent...<br /> <br /> Car les Harkis en n'ont marre de confondre "entre tout et n'importe quoi"...<br /> Prétendre à une subvention, est une chose...la mériter c'est autre chose ...<br /> Certains agissent par des mots, quand d'autres agissent par des actes...<br /> <br /> Ajir...ou réagir, là est la question ! Et au diable les subventions de complaisance qui nous entrainent dans "les chikayas et autres chaklalas", sous prétexte de servir les intérêts de la Communauté Harkie !<br /> <br /> Les "petites gueguerres de chefs et de clans" ont assez duré...<br /> <br /> Les prises de positions électoralistes (de certains prétendus presidents Harkis), au profit d'un parti politique, ont été mal récompensées...comme il fallait s'y attendre !<br /> <br /> Puissent-elles servir de lecon "aux aventuriers de tous poils", qui confondent l'intérêt personnel, et l'intérêt général...celui des Harkis !<br /> <br /> A charge pour chacun de tirer les leçons, et les conséquences d'une division programmée et entretenue depuis 60 ans...pour préserver leurs petites notoriétés !
Répondre
F
Jean Pierre, je suis déçu de Louis Alliot, mais est ce qu'il attribue les subventions en proportion du nombre d'adhérents de chaque association ? Sinon il s'est manquait, lui qui depuis des années s'exprimait en faveur des harkis.
M
Mr Behar bravo je pense que tout est dit