Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La France va ouvrir "avec 15 ans d'avance" ses archives sur la guerre d'Algérie

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a annoncé ce vendredi la prochaine ouverture des archives sur "les enquêtes judiciaires" de la guerre d'Algérie (1954-1962), près de 60 ans après la fin du conflit et alors que la relation franco-algérienne est en crise depuis des mois.

Roselyne Bachelot ministre de la Culture, le 15 octobre 2020. © Maxppp - Yann Foreix

"J'ouvre avec 15 ans d'avance les archives sur les enquêtes judiciaires de gendarmerie et de police qui ont rapport avec la guerre d'Algérie", a-t-elle annoncé sur BFMTV. Une déclaration qui intervient deux jours après la visite à Alger du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

"Je veux que sur cette question -qui est troublante, irritante, où il y a des falsificateurs de l'histoire à l'œuvre- je veux qu'on puisse la regarder en face. On ne construit pas un roman national sur un mensonge", a argué la ministre. "C'est la falsification qui amène toutes les errances, tous les troubles et toutes les haines. À partir du moment où les faits sont sur la table, où ils sont reconnus, où ils sont analysés, c'est à partir de ce moment-là qu'on peut construire une autre histoire, une réconciliation", a-t-elle poursuivi.

"On a des choses à reconstruire avec l'Algérie, elles ne pourront se reconstruire que sur la vérité", a estimé la ministre de la Culture, qui a dans son périmètre la question des archives. Interrogée sur les conséquences de cette décision, notamment sur la confirmation à venir d'actes de torture commis par l'armée française en Algérie, "c'est l'intérêt du pays que de le reconnaître", a ajouté Roselyne Bachelot.

Cette annonce s'inscrit dans la politique de réconciliation mémorielle initiée par le chef de l'État, Emmanuel Macron. Le 13 septembre 2018, il reconnaissait que la disparition du mathématicien et militant communiste Maurice Audin, en 1957 à Alger, était le fait de l'armée française et promettait à sa famille un large accès aux archives. Le 9 mars 2021, poursuivant sa politique de "petits pas", le chef de l'État avait annoncé une simplification des accès aux procédures de déclassification des archives classifiées de plus de 50 ans, permettant d'écourter les délais d'attente liés à cette procédure.

10/12/2021

*******

undefined
Dates des rassemblements, pour la Reconnaissance, la mémoire, et la culture.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Encore un coup de bluff du prestigiditateur et monarque ès-esbrouffe effets d'annonces retentissantes.
"Le Grand Pardon", avec Roger Macron et les harkis comme figurants, et maintenant "L'ennemi Intime" avec tentative de rabibochage avec l'Algerie.Décidemment les studios Elysée-Hollywood tourne à plein régime.
Répondre
B
Les politiques font ce qu'ils veulent ! Par contre, ceux qui souffrent dans leur chair, on ne leur demandera jamais leur avis ! Comme c'est cruel la vie qui vous nargue une fois qu'on s'est moqué de vous ! Après ça, on vous reproche votre colère même justifier, ils se moqueront toujours de vous à la fin ces politiciens ! Soixante ans après on peut ouvrier les archives, mais on est incapable de résoudre le problème de circulation entre la France et l'Algérie pour les anciens harkis ! Franchement que de la fou-thèse !
Répondre
R
Bonjour à tous, je partage complètement la déception de Brahim concernant la liberté de circulation des anciens harkis en Algérie, qui touche également certains de leurs enfants.
Il y a véritablement 2 poids, 2 mesures lorsqu’on constate que les anciens fellaghas et leurs enfants bénéficient des accès et de tous les avantages sociaux que peut leurs procurer le pays de l’ancien colonisateur, alors qu’en Algérie les harkis et leurs enfants sont discriminés.
Il est vrai que l’on ne peut comparer une dictature à une république, mais nos gouvernants s’accommodent bien de cette situation, que des raisons économiques, stratégiques et électorales font passer avant la cause harki.
La France va ouvrir ses archives mais l’Algérie ne le fera pas de peur de mettre en évidence que la majorité des moudjahidines/marsiens a collaboré avec la France, car cela déclencherait une 3ème guerre civile. Les anciens harkis connaissent cette vérité, c’est pour cela qu’on leur interdit l'accès.
Lorsqu’on voit le désastre de l’Algérie en matière économique, politique et social, nous pourrions nous consoler car le futur a donné raison aux anciens harkis. Ils avaient compris avant tout le monde que la terreur que le FLN faisait régner, ne pouvait aboutir qu’à l’échec d’une indépendance qu'il a confisquée.
M
Il ouvre aussi les service spéciaux les dop les sas .. on va rouvrir le puit de la villa sesini on va aller sur les lignes côte tunisie à guerrabsa... c du flan c que les événements de Paris en 61 qui seront au grand jour et c papon qui prendra aller le juger ... pour larbi ben m hidi pour ali boumendjel ou Maurice Audin qu elle defunt va t on réveiller à tort...
Répondre
P
Quelle vérité ? Elle sera difficile à définir selon les personnes. Quand on sait que l'histoire racontée par Benjamin Stora est pleine de contre vérités, on peut légitimement douter.
Répondre