Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AJIR pour les Harkis soutient et organisera des commémorations de l'abandon des harkis le 12 mai 1962

Communiqué

Depuis une douzaine d’années, le comité du 12 mai, dont le porte-parole est Alain Ferki, Vice-Président national d’AJIR pour les Harkis, invite la communauté nationale à se souvenir de ce jour funeste du 12 mai 1962, au cours duquel l’Etat français confirmait sans ambiguïté sa volonté de ne pas rapatrier tous les supplétifs qui souhaitaient fuir l’Algérie où leur sécurité n’était pas garantie.

AJIR France et les nombreuses associations qu’elle rassemble, soutiennent cette initiative et organiseront cette année 6 commémorations en plus des 14 organisées par le comité. Elles se dérouleront dans le respect des règles sanitaires en vigueur. Les lieux et horaires des 20 cérémonies seront communiqués prochainement sur les sites des associations participantes dont celui-ci.

Ce sera l’occasion de rendre hommage à toutes les victimes d’après le cessez-le-feu du 19 mars 1962 qui ne fut pas respecté par le FLN.  Et l’occasion aussi d’exprimer à nouveau avec force la demande légitime d’une loi de reconnaissance de cet abandon aux conséquences tragiques. Le télégramme du Ministre Pierre Messmer, le 12 mai 1962, est hélas sans ambigüité sur la responsabilité de l’Etat français. Les élus de la Nation s’honoreraient à voter une loi reconnaissant cet abandon. C’est une question de vérité, de justice et de morale.

Mohand HAMOUMOU

Président national d’AJIR

******* 

-  POUR ETRE informé des derniers articles sur harkisdordogne.com inscrivez vous : C'est ici

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

révoltes75 07/05/2021 11:14

".. rendre hommage à toutes les victimes d’après le cessez-le-feu du 19 mars 1962 qui ne fut pas respecté par le FLN."
Oui et surtout sans intervention de l'armée française aux ordres qui n'est pas intervenue alors qu'elle entendait les cris de souffrance et de douleur des harkis et de leur famille qui se faisaient massacrer. En abandonnant ses soldats désarmés à l'ennemi l'armée n'ignorait pas qu'elle les envoyait à une mort certaine d'où la désobéissance de plusieurs officiers qui furent objet des circulaires des 12 et 16 mai 1962. Les massacres avaient commencé après dès le cessez feu du 19 mars 1962 que les assassiné du FLN n'avait pas respecté. Des directives de désarmement au sein de l'armée existaient déjà !!
M.Stora n'en parle pas même si Ajir l'avait espèré dans un premier communiqué et qu'une association de Jouques l'avait rencontré comme il est mentionné dans son médiocre rapport.