Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

«Nous, filles et femmes de harkis, récusons le rapport Stora sur la guerre d’Algérie»

Le Figaro, 28 janvier 2021

EXCLUSIF - Le rapport Stora sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie » obéit à des considérations politiques et non historiques, au préjudice de la vérité sur les harkis, se scandalisent Fatima Besnaci-Lancou et Dalila Kerchouche et leurs 49 cosignataires**, toutes douloureusement concernées par cette tragédie.

Héritières de la mémoire meurtrie des Harkis, ces anciens soldats recrutés par l’armée française durant la guerre d’Algérie, nous ne pouvons nous taire après avoir lu le rapport de l’historien Benjamin Stora, à propos des «questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie», remis au président de la République le 20 janvier 2021. Si l’on peut saluer certains de ses aspects, ce travail nous surprend et nous heurte, tant les Harkis se retrouvent, dans ce document, réduits à la portion congrue, et, surtout, évoqués d’une façon tendancieuse accompagnée d’omissions significatives.

Dès la page 8 du document, Benjamin Stora évoque les « représailles cruelles contre les Harkis» en Algérie à la fin de la guerre. Le terme de «représailles» n’est pas neutre. Il valide la thèse utilisée par le pouvoir algérien et les historiens qui lui sont inféodés: si des harkis ont été massacrés, c’est parce qu’eux-mêmes s’étaient livrés à des exactions. Cette généralisation totalement abusive constitue un biais manifeste. Il est regrettable que le choix d’un tel mot dans un rapport à Emmanuel Macron conforte la lecture de l’histoire par l’aile nationaliste du pouvoir algérien.--

À la page suivante, Benjamin Stora cite un entretien de l’historien Mohammed Harbi datant de 2011, paru dans le grand quotidien algérien El Watan et portant sur les tabous de la guerre d’Algérie du côté algérien. Benjamin Stora recopie quasi textuellement, en la reprenant à son compte, une longue phrase du journaliste d’El Watan qui, en introduction de l’entretien, résume l’argumentation de Mohammed Harbi. Mais l’auteur du rapport change un mot de cette phrase, un seul. On lit sous la plume de Benjamin Stora que Mohammed Harbi « évalue ainsi le nombre de Harkis et goumiers à environ cent mille hommes et il estime à quelque cinquante mille les victimes algériennes des actes du FLN/ALN, dont nombre de militants nationalistes authentiques». Or le journal El Watan, lui, ne parlait pas d’«actes du FNL/ALN» mais de «bavures du FLN/ALN». On conviendra que ce n’est pas la même chose. N’est-il pas significatif que l’auteur du rapport remis à Emmanuel Macron se montre plus précautionneux envers le pouvoir algérien que la presse algérienne elle-même?--

À la page 47, l’auteur du rapport cite les propos, qu’il présente comme bienveillants, de l’ancien président de l’Algérie Abdelaziz Bouteflika en 2005: « Les enfants des harkis ont les mêmes droits que le reste des Algériens, à condition qu’ils défendent ce paisible pays Benjamin Stora oublie de rappeler que ce n’est pas le cas des anciens harkis. Car la loi algérienne du 12 avril 1999 dispose que «perdent leurs droits civiques et politiques, conformément à la législation en vigueur, les personnes dont les positions pendant la révolution de libération nationale ont été contraires aux intérêts de la patrie et ayant eu un comportement indigne (sic)».

Parmi les 22 préconisations du rapport, Benjamin Stora propose, page 94, de «voir avec les autorités algériennes la possibilité de facilité le déplacement des Harkis et de leurs enfants entre la France et l’Algérie ». L’auteur présente ce genre de proposition comme une nouveauté, alors que des démarches ont déjà été engagées à maintes reprises lorsque des difficultés se présentaient, avec, c’est vrai, un succès mitigé. Par ailleurs, il n’y a aucune difficulté de circulation entre la France et l’Algérie concernant les enfants de harkis. Aujourd’hui, très peu de pères de harkis sont encore interdits de circuler. Et la plupart sont morts ou trop âgés pour voyager. Cette préconisation nous semble donc vide et inutile.

Alors que la réconciliation exige la reconnaissance de tous les faits de part et d’autre, les annexes du rapport sont remplies d’un vide significatif concernant les harkis. Le 25 septembre 2016, François Hollande, alors président de la République, a déclaré : «Je l’affirme ici clairement au nom de la République: je reconnais les responsabilités des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil inhumaines de ceux transférés en France. Telle est la position de la France.» Aucune trace de ce discours dans le rapport de Benjamin Stora.-

Il n’y a pas non plus de trace du discours du président Jacques Chirac aux Invalides, le 25 septembre 2001, qui a déclaré: «Notre premier devoir, c’est la vérité. Les anciens des forces supplétives, les harkis et leurs familles, ont été les victimes d’une terrible tragédie. Les massacres commis en 1962, frappant les militaires comme les civils, les femmes comme les enfants, laisseront pour toujours l’empreinte irréparable de la barbarie. Ils doivent être reconnus. La France, en quittant le sol algérien, n’a pas su les empêcher. Elle n’a pas su sauver ses enfants.» Les mots «massacre» et «barbarie», prononcés par le président Chirac, risqueraient-ils d’incommoder les autorités algériennes?--

Enfin, nous nous élevons de manière unanime, forte et déterminée, contre la proposition émise par Benjamin Stora de «l’entrée au Panthéon de Gisèle Halimi, grande figure féminine d’opposition à la guerre d’Algérie». Sur France Inter, le 3 mai 2010, dans l’émission «Comme on nous parle», Gisèle Halimi a été interrogée sur le fait de savoir si «la femme n’est jamais (…) la meilleure ennemie de la femme». Et Gisèle Halimi a fait cette réponse: «Je crois que, quand la femme… oui, cela arrive, hélas… Moi, j’ai appelé ça, en référence à la guerre d’Algérie, les femmes harkis. Les femmes harkis, malheureusement, cela existe». Est-ce ainsi que Benjamin Stora veut favoriser la réconciliation? Gisèle Halimi, qui a affiché en plusieurs autres occasions son mépris pour les harkis, n’est pas une femme de réconciliation. Oui pour l’entrée au Panthéon d’une personne irréprochable en relation avec la guerre d’Algérie - nous proposons Henri Alleg, qui avait appelé à reconnaître l’abandon des harkis par la France -, mais ce n’est pas le cas de Gisèle Halimi.

Rappelons enfin qu’une femme de réconciliation qui a eu à connaître d’un aspect de la guerre d’Algérie est d’ores et déjà au Panthéon: Simone Veil. Lors de son entrée à l’Académie française, elle a déclaré: « Ancien magistrat, m’étant beaucoup investie pour améliorer la condition des prisonniers du FLN en Algérie et en métropole, je n’en suis que plus à l’aise pour aborder une autre page tragique de notre histoire. En Algérie, des musulmans avaient accepté de servir dans l’armée française.(…) La tragédie de ces familles entières abandonnées laisse en tout cas une tache indélébile sur notre histoire contemporaine.» -

* Fatima Besnaci-Lancou, docteur en histoire contemporaine, est spécialiste de la guerre d’Algérie et de ses suites. Dernier ouvrage paru: Harkis au camp de Rivesaltes (Loubatières éditions, 2019, préfacé par Olivier Dard). Dalila Kerchouche, journaliste et écrivain, ancienne grande reporter à «Madame Figaro », a notamment publié Mon père, ce harki (Éditions du Seuil, 2003), qui a obtenu un grand succès public.

** Parmi les 49 cosignataires de la tribune figurent notamment Fatima Benamara, présidente de l’association Harkis et droits de l’homme, Fatiha Arfi, secrétaire de la Coordination Harka, et Fittouma Saddiki, militante du Comité National de Liaison des Harkis (CNLH). La liste complète des cosignataires est à retrouver sur FigaroVox Premium.

Liste des signataires :

Josette Jo Akcha,Micheline, Dénia Amraoui,Fatiha Arfi

Fatima Benamara,Fatima Boucif,Ouardia Chilli, Warda Ci Li

Fadila Boukehili,Aline Carabetta,Ouiza Cherbi,Dargaïd Abessia

Louisa Dehiliz,Sonia Derrough,Nora Djera,Madjou Farhi,Yamina Ghalouni,

Lila Gimenez,Liamna Gouasmia,Dalila Dali Goutta

Hakima Guerairia,Yamina Haffi,Fatima Hamroune,

Djamila Bouras Herry,Catherine Guilyardi,Kadri Cathy,

Hadjila Kemoum,Aïcha Kerfah,Zohra Larbi,Zohra Mehraz,

Dalila Merouane,Jack Line Jacquerie Meziane,

Adda Moualkia Nawelle Nasri,Djamila Mouheb,

Sophie Mouzaoui Albert,Naha Ouali,Mébarka Pécandom Mel Bel,

Marinette Rafai,Hafida Redjouh,Yvette Drifa Remous,

Violette Remous,Fadila Richard,Hamina Rubio,Dalila Saadi,

Fittouma Saddiki,Danielle Sebbani,Hema Tahri Emma Tahri,

Sylvie Talata,Rahima Gosse Témagoult-Gosse,Jeannine Trifa,

Chantal VS,Sophia Yalaoui,Zohra Zarouri,Aicha Zeffane,

28 janvier 2021

-  POUR ETRE informé des derniers articles sur harkisdordogne.com inscrivez vous : C'est ici

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mémoire des camps 30/01/2021 23:57

Bonjour
Fatima Besnaci a soutenu une thèse de doctorant en Histoire Moderne les missions du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pendant la guerre d'Algérie et ses suites (1955-1963) en Algérie, au Maroc et en Tunisie
Par Fatima Besnaci-Lancou le 12 décembre 2016 par le président du jury Fremaux Stora et Olivier Dard le jury Kadri, Blanchar, Ali Benaii, Sherpard.
La thèse sur histoire des Prisonniers pendant la guerre Algérie.
Une page de notre histoire...... sans oublier la relégation dans les camps en France...une prison.

Ahmed Metmati 28/01/2021 18:11

Je soutiens votre démarche je précise seulement que Macron est piégé avec ce rapport stora n est pas un historien mais Un gauchiste qui soutient le FLN c'est parents connaissent l avocat c était des amis les deux traîtres sont la France et le FLN

rachid 28/01/2021 16:55

bonjour , un rapport fait par un clown , honte a toi et tout ses mensonges ,honte a ceux qui on vendu les harkis .
2021 et toujours a la recherche.de qui nous sommes et de savoir de quel pays nous faisons parti
y a une choses je ne changerais jamais de ma vie s est d etre fiere d etre fils de harkis

JLB 28/01/2021 15:46

Bonjour,
Je partage majoritairement le contenu cet article.
Mais Henri Alleg, membre du Parti communiste soutien du FLN n'a pas sa place à mes yeux au Panthéon, ni ailleurs.. Le bâchage Boualam ?
J'étais ado pendant la guerre d'Algérie et il y a une dizaine d'année travaillant à Paris, je connaissais bien Gabriel Adhira, porte drapeau du commando Georges.
Dans la liste des personnes rencontrées par le troskiste STORA pas d'anciens militaires, ni de livres de leur vécu.
La date du 19 mars 1962 est la date de toutes les associations pro FLN et du cessez le feu respecté par la France.
N'oubliez pas les heures sombres des années 90 de la dictature FLN, ni la guerre FLN MNA avec Melouza, etc
Avec ma cordiale sympathie
JLB

Gaham 28/01/2021 15:42

Bravo
Vous avez tout mon respect et toute mon admiration pour votre recherche de la reconnaissance des Harkis qui ont choisi un camp et qui ont donné leur vie, leurs enfants à un pays qui n’a pas tenu sa parole. Battez-vous pour la Vérité et pour tous ceux qui sont partis sans savoir que la jeunesse continuerait le combat.
Bien cordialement
R. Gaham

révoltes75 28/01/2021 15:16

Mme Besnaci voudrait-elle se racheter aujourd'hui ?
Nous lui connaissons des liens avec l'ancien chef FLN Mohamed Harbi et avec Benjamin Stora. En effet, ce dernier a été un des deux directeurs de sa thèse de doctorat sur le thème les prisonniers du FLN.
Pour ceux que le sujet pourrait intéresser Fatima Besnaci-Lancou a rédigé la thèse suivante :

"Les missions du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pendant la guerre d'Algérie et ses suites (1955-1963) en Algérie, au Maroc et en Tunisie",
sous la direction de Olivier Dard et de Benjamin Stora.

Fatima Besnaci-Lancou 30/01/2021 10:41

Oui, tu as raison !

révoltes75 29/01/2021 22:45

A Guy
Oui le Cnlh manifeste ce samedi contre le rapport Stora comme annoncé par harkisdordogne mais trop éloigné pour y assister. Je soutiens de tout cœur leur action.
A Mme Besnaci
Oui vous avez raison de lire harkisdordogne non seulement ce site fait un travail concidérable malgré les difficulté et les épreuves de la vie mais on y trouve effectivement bcp d'inspiration dans les commentaires.
Ça peut toujours servir surtout quand je débats et ouvert et les échanges respectueux.
Tout d'abord, il est à noter que vous nier pas vos liens avec Mohamed Harbi un ancien responsable du FLN dont vous avez des amis communs Mancéron et Joxe le fils et aussi Stora. Mais c'est votre droit.
Quant à votre thèse portant sur les militants FLN prisonniers, l'indication sur j'ai donnée ne vient pas de moi. Je n'ai pas pour habitude d'inventer ce que j'écris mais je vérifie mes sources. Voici ci-dessous le lien, à vous de le faire rectifier :

theses.fr – Fatima Besnaci-Lancou

Fatima Besnaci-Lancou a rédigé la thèse suivante :

Les missions du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pendant la guerre d'Algérie et ses suites (1955-1963) en Algérie, au Maroc et en Tunisie
par Fatima Besnaci-Lancou sous la direction de Olivier Dard et de Benjamin Stora . - Paris 4

Histoire moderne et contemporaine
Soutenue le 15-12-2016

http://www.theses.fr/073992917

Fatima Besnaci-Lancou 29/01/2021 17:36

Pour Révoltes75
J'aime bien prendre le temp de lire des commentaires sur les forum. Pourquoi ? Parce que j'y découvre une partie de ma vie qui m'échappe. Pour moi mon seul et unique direction de thèse est Olivier Dard mais apparemment ce courageux anonyme connait mieux mes travaux universitaires... Chapeau bas l'artiste ! Au fait, si tu as d'autres informations me concernant, qui m'échappent, voici mon adresse mail pour m'écrire : fatima.besnaci@gmail.com. Merci d'avance...

Guy Regazzacci 28/01/2021 15:52

Bonjour "révolte 75"

Je n'ai pas volontairement, fais allusion à cette thèse soutenue par F.B.L
Nous savons tous que si certains Pieds Noirs, Harkis, voire enfants de Harkis voyagent si librement en Algérie, c'est parce qu'ils ont su naviguer, je n'en dirai pas plus.

Pour ce qui est de la prise de position de F.B.L, c'est tout à son honneur, je trouve, de dénoncer ce rapport.

Je crois que la plupart des initiateurs de la réconciliation se rendent compte que cela est impossible avec les dirigeants actuels de l'Algérie, n'en déplaise?

Au plaisir de te lire.

Harkamicalement.

PS : Je ne sais pas où tu habites mais, samedi 30, l'association Harkis Dordogne dont je fais parti, sera à Agen pour manifester contre ce rapport B.S.


.

.

Guy Regazzacci 28/01/2021 14:28

Bonjour à tous,

Tout est dit dans cette réponse conjointe.

Mais, nous savons toutes et tous que ce rapport était écrit d'avance.

Pourquoi? B.S est un idéologue marxiste, anti colonialiste. Il m'a été reproché sur ce même site de le dire en arguant que son engagement politique n'avait rien avoir avec la mission confiée à B.S.

Et bien si car quand on est engagé à ce point idéologiquement, on ne peut le renier et qui plus est que l'on peut voyager à sa guise dans son pays d'origine -B.S est un Juif de Constantine- on caresse dans le sens du poil ses amis du FLN. B.S, Sous couvert d’être un spécialiste de l’Algérie Française. Il met son idéologie en avant. Il faut, pour lui, que ses arguments, propositions ou déductions aillent dans le sens de son engagement politique quitte à voir la vérité tronquée par son œil déformant d’idéologue.
Par ailleurs, libre à lui d’être d’extrême ceci ou d’extrême cela tant que cet état de fait n’interfère pas avec sa lecture de l’histoire. Hors, avec B.S, c’est le cas, en tous cas, je le pense.

Quelle levée de bouclier si le rapporteur nommé par notre président avait été un ancien Harki ou un Pieds Noirs, quel tollé cela aurait provoqué.

En fait, si vous regardez bien, ce rapport est dirigé par UN FLN et UN pro FLN, où est la partialité requise pour un tel travail.

S'en suit un rapport taillé sur mesure pour le pouvoir Algérien.

Ce que disent Fatima et Dalila est fort juste et je crois sans me tromper que leurs dires reflètent la pensée de l'immense majorité des Harkis, de leurs familles et de leurs sympathisants.
Le journaliste énonce les diplômes et qualifications de F.B.Lancou et de D. Kerkouche, c'est bien, la communauté Harkie est au courant. Mais, je crois que c'est en tant que filles de Harkis trahies dans leur chair qu'elles se prononcent et non pas parce qu’elles ont fait telles ou telles études supérieures et écrits des ouvrages sur la condition des « Harkis ». La
La plupart des signataires et d'autres auraient tout aussi bien pu dénoncer ce rapport en des termes similaires.

Elles parlent au nom de leurs pères qui sont encore une fois de plus, bafoués, trahis par un représentant de la France.

J'ai honte, les Harkis et leurs sympathisants ont honte une fois de plus du traitement qui est réservé à toute une communauté.

Harkamicalement.,