Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communiqué sur le rapport de Benjamin Stora de " l'Association Nationale Ajir Pour les Harkis"

Communiqué  sur le rapport Stora.  22 janvier 2021

L’Association AJIR soutient la volonté du Président de porter « un regard lucide sur les blessures de notre passé » afin de réconcilier les peuples français et algériens. Les Harkis dont les familles furent souvent divisées par la guerre, et l’histoire longtemps falsifiée, aspirent naturellement à la réconciliation et à la vérité historique.

On se félicite de voir reprise la proposition de l’association AJIR d’une commission pluridisciplinaire internationale. Espérons qu’elle sera représentative de la diversité des acteurs de cette histoire.

AJIR apprécie aussi que l’auteur du rapport ait compris et repris, le fait qu’excuses et repentances étatiques sont déplacées et contre productives en ne faisant qu’alimenter ressentiment et surenchère. C’était notre position et celle d’une majorité de Français.

En revanche AJIR déplore et dénonce des oublis importants qui ne sauraient être fortuits. Si la question douloureuse des disparus, et notamment ceux du 5 juillet à Oran est évoquée, le non-respect des accords d’Evian censés garantir leur sécurité et un choix de vie autre qu’un exode imposé, n’est pas abordé. Les massacres et supplices de dizaines de milliers de Harkis après le 19 mars62 sont résumés par les seuls mots de « cruelles représailles».

S’il ne peut y avoir d’apaisement sans gestes symboliques, encore faut-il qu’ils soient équilibrés. Ainsi comment peut-on proposer d’accueillir au panthéon l’avocate Gisèle HALIMI pour avoir défendu des rebelles algériens et ne pas proposer Rabah KELIFF qui sauva de massacres plusieurs centaines de Pieds Noirs le 5 juillet 62 à Oran  ou le Bachaga Boualem dont tant des siens périrent pour la France?

Ce rapport a le mérite de ne pas souffler sur les braises. Mais ce souci d’apaisement conduit à trop de « trous de mémoire » tant sur la vision algérienne que sur les drames des Harkis au sens générique et des Pieds Noirs. On déplore également que l’armée ne soit évoquée qu’à travers la dénonciation du recours par certains à la torture. Rien sur ces officiers qui ont cru qu’une Algérie nouvelle, égalitaire, était possible et que des ordres ministériels obligèrent à abandonner les frères d’armes qu’ils avaient engagés.

Notre association réaffirme que l’attente principale des Harkis est absente du rapport : une loi de reconnaissance et réparation, maintes fois promise voire proposée mais jamais votée. Nous demandons au Président Macron, adepte de la vérité historique et attentif à ceux qui se sont battus pour la France, de faire voter cette loi avant la fin de ce mandat.

******* 

-  POUR ETRE informé des derniers articles sur harkisdordogne.com inscrivez vous : C'est ici

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

révoltes75 25/01/2021 00:16

Ainsi dans son communiqué l’Association AJIR soutient :
"la volonté du Président de porter « un regard lucide sur les blessures de notre passé »"
Et Ajir conclut :
"Nous demandons au Président Macron, adepte de la vérité historique et attentif à ceux qui se sont battus pour la France,"
Quelle tristesse de se sentir obligé à ce point de célébrer le président Macron qui à ce jour n'a pas fait grand chose pour les français musulmans sauf la médiocre commission Ceaux obtenue par le combat de Boaza et du CNLH. Certains disent que c'est du "cirage de pompes". Oui mais dans quel but ?
Ces réactions affectives servent-ils la cause de l'histoire dramatiques des pauvres soldats Harkis négligés dans le rapport Stora ? Quand justice leur sera enfin rendue ? Le temps passe ...

Guy Regazzacci 24/01/2021 12:32

Bonjour à tous,

Donc, si j'ai bien compris, ce rapport ne sert à rien une fois de plus.

Comment vouliez vous qu'avec Stora, les Harkis et le Pieds Noirs allaient être satisfaits dans leurs revendications.

Comment oser , même suggérer que Gisèle Halimi soit au Panthéon. Au Panthéon d'accord mais l'équivalent Algérien. .
Au Panthéon comme dit ci-dessus le lieutenant Rabah Khélif ou le Bachaga Boualem et bien d'autres officiers Français...

Moi, je propose à Benjamin de demander à ses amis du FLN de proposer que Bigeard soit au Panthéon algérien, tant qu'à faire dans l'absurde, pourquoi pas.

Il faut arrêter de se courber devant les dirigeants algériens.
Pourquoi veulent-ils à ce prix les archives? Pour les épurer de ce qui ne leur convient pas, c'est tout. Notamment certaines notes où il était demandé aux combattants FLN de massacrer systématiquement les prisonniers et surtout les innocents pour semer la terreur et l'effroi. cela à d'ailleurs réussi, l'exemple frappant en est le massacre d'Oran du 5 juillet 1962. Oran était la seule ville d'Algérie où les Pieds Noirs étaient aussi nombreux que les Musulmans et après les massacres cette population qui voulait rester sur cette terre a fui massivement en voyant entre autre que l'armée Française restait l'arme au pied sur les ordres du pouvoir goliste..

Il faut arrêter de s'auto flageller, coté Français, les fautes, les erreurs, les tortures de certains militaires, tout a été mis sur la table.
Le FLN depuis 60 ans joue sur les suites et les séquelles, endurées par le peuple algérien suite à la guerre d'Algérie pour masquer son incurie à développer son pays qui a des capacités énormes de développement.
L'Allemagne qui en 1945 était détruite à 80 % est devenue la première puissance européenne et l'est toujours alors qu'elle a absorbé l'Allemagne de l'Est qui sortait d'un dictature communiste impitoyable en 1989.
L'Algérie, ou plutôt ses dirigeants continuent à tout va, à dire que tous leurs maux viennent ou presque de l'ex état colonial Français? pauvre Algérie.

Ferhat Abbas, ex Leader et dirigeant du FLN a dit : "La France a commis un crime, elle a livré l'Algérie aux tueurs et aux assassins"

Harkamicalement.

révoltes75 25/01/2021 00:30

Vous avez raison de citer Ferhat Abbas malheureusement la France continue à soutenir le régime algérien héritier du pouvoir installé par la force à l'indépendance de l'Algérie responsable du massacre des Harkis désarmés et de l'assassinat de civils pieds noirs.