Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vu d'Algérie- Algérie-France/Mémoire de la colonisation : "Le dossier des harkis n'est pas concerné", affirme Abdelmadjid Chikhi

- Vu D'Algérie

L'expert algérien Abdelmadjid Chikhi, chargé de travailler sur la mémoire de la colonisation de l'Algérie par la France avec l'historien français Benjamin Stora, a affirmé que le dossiers des harkis était "hors des discussions", dans une interview à la revue mensuelle de l'armée nationale populaire, El-Djeich.

"La scène française est une question interne qui ne nous concerne en rien, pour nous, notre vision est claire et notre perception ne souffre d'aucun amalgame concernant le dossier de la mémoire", explique M. Chikhi dans le numéro de novembre d'El Djeich.

"Je souligne à ce titre que certains dossiers sont hors de discussion, tel que le sujet des harkis, d'autant que leur départ en France a été un libre choix", poursuit-il dans cet entretien.

 Pour  l'expert algérien,  "il revient aux Français de se réconcilier avec leur Histoire, pour nous, il n'est pas possible d'oublier ce qui s'est passé pendant l'époque coloniale ou de se tenir indifférents vis-à-vis des génocides commis à l'encontre des Algériens, et nul ne peut nous le demander".

Le non moins directeur général des Archives nationales précise que plusieurs autres dossiers font ou feraient l'objet de discussions et de négociations avec la partie française, comme les essais nucléaires dans le Sahara, les combattants algériens disparus pendant le conflit et "d'autres qui peuvent être entamés, à l'instar de celui relatif à la guerre d'extermination et le patrimoine culturel algérien dérobé".

12/11/2020

- Dossier des harkis algériens en France : L’Algérie a tranché -

Le conseiller auprès du président de la République, chargé des archives et de la mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi, s’est encore exprimé sur le dossier de la mémoire avec la France dont il est chargé de mener les discussions, côté algérien.

Dans un entretien paru dans le dernier numéro de la revue El Djeïch, Abdelmadjid Chikhi a donné plus de détails concernant l’avancement du dossier de la mémoire avec la partie française. “Plusieurs axes feront l’objet de discussions et de négociations avec la partie française et qui sont connus par l’opinion publique”, a-t-il dit.

En plus des “essais nucléaires aux répercussions dangereuses sur la santé des Algériens et l’environnement”, l’historien indique que “le sujet des champs de mines sera également sur la table des négociations. (…)”. “Il ne faut pas négliger aussi le problème du glissement du sol qui rend difficile la localisation des mines, car elles se déplacent”, ajoute-t-il. Abdelmadjid Chikhi cite aussi “le dossier des Moudjahidine portés disparus pendant la Révolution”, rappelant qu’il “est de notre devoir envers nos Moudjahidine de les enterrer dans la terre pour laquelle ils ont combattu”.

Le conseiller à la présidence affirme que d’autres sujets peuvent être entamés, “à l’instar de celui relatif à la guerre d’extermination, comme les génocides commis à l’encontre des Algériens de façon massive. A cela s’ajoute également le dossier du patrimoine culturel algérien dérobé”.

Le dossier des Harkis ne nous concerne pas

Le chargé de mission algérien indique, en outre, que “certains dossiers sont hors de discussion”. Il cite, à ce titre, la question des Harkis. Pour lui, le départ de cette catégorie de personnes en France, au lendemain de l’indépendance, a été un libre choix”. Il estime qu’il s’agit d’un dossier qui ne concerne que les Français.

Il revient aux Français de se réconcilier avec leur histoire, pour nous, il n’est pas possible d’oublier ce qui s’est passé pendant l’époque coloniale ou de se tenir indifférents vis-à-vis des génocides commis à l’encontre des Algériens, et nul ne peut nous le demander. Nous sommes dans l’attente de voir quelle perception de ce sujet de la mémoire va présenter la partie française”, a-t-il expliqué.

12/11/2020

*******

-  POUR ETRE informé des derniers articles sur harkisdordogne.com inscrivez vous : C'est ici

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mohamed DJAFOUR 14/11/2020 12:52

Force est de constater que notre association, Générations Harkis, a vu juste en déposant une requête en annulation au Conseil d’État, de la mission de Benjamin STORA dans cette affaire. J'en profite pour dire un grand merci à ceux qui ont travaillé dans l'ombre dans cette action entreprise dans le seul intérêt collectif mais extrêmement peu soutenue par les plus concernés, les Harkis et PN.
LA PEUR N'A JAMAIS ÉTÉ UN BON COMPAGNON !

HEC 13/11/2020 23:05

Après ça comment notre Président de la République nous demande de croire à la réconciliation et que tout se soignera par la réconciliation. Devons nous continuer de nous faire insulter alors même qu'un ministre est allée se recueillir sur les tombes en Algérie Tout est dit...il n y a plus rien à attendre de ce gouvernement...bien au contraire!

Guy Regazzacci 13/11/2020 18:35

Bonjour à tous,

Après de tels articles qui osera encore parler de réconciliation des mémoires.

A bon entendeur salut.

rodanero 13/11/2020 16:43

gaume a parfaitement raison les harkis n'ont pas choisi , c'était comme il le dit : tu pars ou c'est le couteau sous la gorge . Quant à parler de génocide sous la présence française en Algérie c'est un mensonge , un de plus . Pour rappel un génocide est l'extermination d'un groupe ethnique , social ou religieux , les médecins français ont soigné les populations d'Algérie et vaincu là-bas le paludisme entre autres maladies qui y faisait des ravages , lorsque la France est partie il y avait dix millions d' Algériens alors qu'au début de la présence française ils étaient entre trois et quatre fois moins .

NOEL Daniel 13/11/2020 16:25

ça démarre bien .Quelle mauvaise foi ! les harkis lorsqu'ils ont pu ont quitté l'Algérie,comme d'autres Européens,pour ne pas être les victimes expiatoires des "résistants " de la 25 ° heure . Ils ont souvent été abandonnés par les autorités et la hiérarchie militaire qui auraient dû les protéger ,comme eux qui,durant des années ont protégés leurs frères d'armes .Les Français ne savent pas et n'ont pas voulu savoir,que sans l'engagement des Français musulmans combien de leurs jeunes enfants ,appelés en Algérie,totalement inexpérimentés en terre inconnu seraient tombés sous les coups des combattants du Fln ?

gaume 13/11/2020 14:40

Je crois monsieur Chikhi que vous avez oublier les tueries des Harkis en Algérie, ils étaient comme des juifs sous l allemagne Nazi. tu pars ou c 'est le couteau sous la gorge.
Bien a vous Monsieur Chikhi