Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Carcassonnaise Jeannette Driss refuse la discrimination entre harkis

Jeannette Driss, secrétaire générale de la Fédération nationale de reconnaissance des harkis (FNRH).

07/11/2021

*******

- Commenter cet article ci-dessous, en utilisant des adresses Emails valides. -

-  Pour être informé des derniers articles sur harkisdordogne.com  inscrivez vous à la - NEWSLETTER -  : C'est ici

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Arrêtez de vous déchirer entre vous
Répondre
B
Bonjour je ne suis pas du tout d'accord avec cette initiative. Nos parents ont fait un choix "politique" de vie selon leurs situations. C'est acté (pas pour tous). Par contre, tous les enfants et petits enfants, arrière-petits enfants ne sont pas harkis. Je ne comprends pas pourquoi on reprend ce "statut" hérité de la guerre d'Algérie. En effet, vous transportez avec ce statut accolé aux enfants (et c'est surtout les garçons qui en ont le plus souffert) puisque ils devaient faire leur service militaire en France.
Je ne comprends pas pourquoi nous devrions porter toute la soufrance déjà endurée par nos parents, enterons la et fabriquons construisons nous mêmes notre avenir avec ce passé. Dit on enfant d'ancien combattant, dit on enfant de communiste, dit on enfant de déporté. Non je veux que l'on trouve une autre façon de revendiquer nos droits légitimes jusqu'à la moelle des os de ceux qui ont été bafoués, ignorés, ensanglantés, torturés au nom d'une idéologie que certains ne voulaient pas reconnaître.
Nous sommes des rescapés d'une guerre qui n'a pas de nom mais qui porte les stigmates des horreurs de la terreur de chanque jour, de la terreur qui nous a habités de notre départ en pleine nuit, errant dans les camps et surtout dans le silence complet des institutions du pays "d'accueil". Il faut prendre en compte d'abord la souffrance de nos parents, famille (torturée en Algérie), ils n'avaient pas d'autre choix lorsqu'on vous donne le choix entre la mort et la mort.
Ce sont des personne scourageurses qui ont bravé des obstacles qui venaient de chaque côté. Nous sommes les "dommages" collatéraux ce cette guerre qui ne dit pas son nom mais qui a continué dans les foyers ayant créé un véritable tsunami sur l'identité de chaque membre de la famille.
Je voudrais donc que tous nou sréfléchissions sur des revendications liées à ces horreurs de la guerre qui ont suivii celles sur place.
Je vous laisse méditer et penser à tous ceux qui ont souffert dans leur chair ici et maintenant.
Répondre
R
Attention l'histoire écrit par un encre de sang de nos parents abandonnés par la France en Algérie au lynchage du FLN après le cessez le feu du 19 mars 1962 date de trahison des serviteurs de la France .
Certains ont eu une chance de rejoindre la France et la plupart n'ont pas eu cette chance.
Ne trahissez pas une deuxième fois nos morts pour la France torturés,mutilés égorgés décapités.
ATTENTION A LA DISCRIMINATION DES HARKIS DE HAMEAUX ET HARKIS EXÉCUTÉS EN ALGERIE PAR LE FLN ET LEURS DESCENDANTS.